Qu’est-ce que la dysphasie (TDL) ? Comment la traiter ?

10 min read

La dysphasie, appelée désormais TDL (trouble développemental du langage), est un trouble spécifique du langage oral.

Qu’est-ce que la dysphasie?

Apili apprendre à lire

Je suis certain que la plupart d’entre vous a déjà entendu le terme “dysphasie”, mais on se demande souvent ce que cela signifie vraiment.

Entre les dyslexies, les dysorthographies, les dysgraphies, les dyspraxies, on a du mal à s’y retrouver.

Le point commun entre tous ces termes est le préfixe: “dys” qui signifie “dysfonctionnement” ou difficulté. On parle généralement de trouble.

Dyslexie: trouble de la lecture

Dysgraphie: trouble du graphisme (écriture)

Dysorthographie : trouble de l’orthographe

Dyspraxie: trouble de la coordination motrice (praxis en grec signifie action)

Apili
Photographer: Ben White | Source: Unsplash

Et la dysphasie alors?

En grec, “phasis” signifie la parole / le langage. Vous avez certainement déjà entendu parler d’adultes aphasiques ?

Généralement, un adulte devient aphasique après un AVC (accident vasculaire cérébral) ou un traumatisme crânien. Le préfixe “a” signifie “absence” ou “perte”. C’est donc la perte ou l’altération du langage. Ce trouble est acquis et non inné.

Apili aphasie

La dysphasie est un “dys”fonctionnement ou un trouble de la “phasis” la parole ou du langage. On l’appelle également trouble spécifique du langage oral.

Ce trouble peut toucher l’expression et/ou la compréhension.

Je rappelle qu’on parle désormais de trouble développemental du langage.

D’où vient la dysphasie, ça s’attrape?

Non ! La dysphasie est un trouble inné. On ne développe pas une dysphasie avec le temps. Il en est de même pour les autres troubles “dys”.

La dysphasie est un trouble présent à la naissance et qui perdure à l’âge adulte.

Il ne faut pas le confondre avec le retard de langage oral simple qui est transitoire.

Comme tous les troubles, il est d’intensité variable en fonction des personnes.

J’ajouterai que ce trouble n’a aucun lien avec le niveau d’intelligence !

L’origine de la dysphasie

L’origine de ce trouble serait neurologique, cela signifie que le cerveau des personnes dysphasiques fonctionne différemment pour l’apprentissage du langage.

Nous savons cependant qu’il existe des facteurs de risque comme le fait qu’un des parents soit dyslexique ou dysphasique lui-même. Il y a généralement un historique de trouble du langage dans la famille.

2/3 des enfants dysphasiques sont des garçons.

Apili apprendre à lire grâce à l'humour

En France, 1 million de personnes seraient dysphasiques.

Les enfants dysphasiques peuvent être inintelligibles (on les comprend difficilement) jusqu’à l’âge de 7/8 ans. Ces difficultés de langage ont des répercussions importantes sur le plan scolaire.

Apili apprendre à lire grâce à l'humour

Les types de dysphasies?

Ce serait trop compliqué de détailler les différents types de dysphasies, mais je vais tout de même vous les décrire brièvement. Accrochez-vous, les termes peuvent vous paraître complexes.

Apili.fr

La dysphasie (TDL) réceptive (2 types)

La surdité verbale: la compréhension du lexique (des mots) est touchée. Ces enfants peuvent parler correctement, mais ils comprennent mal le sens des mots et donc des phrases.

Le trouble de discrimination de la phonologie. Exemple: difficultés à percevoir la différence entre deux bruits du quotidien (téléphone / sonnerie du four) ou entre des mots proches: bain/pain. Ces difficultés altèrent la compréhension et se retrouvent généralement à l’écrit.

La dysphasie (TDL) phonologique

Elle entraîne des difficultés d’analyse et de manipulation des sons de la langue, des confusions à l’oral.

Un des symptômes les plus courants est l’assourdissement: foiture” au lieu de “voiture”, “chambe” à la place de “jambe”, “pain” à la place de “bain”. On retrouve d’ailleurs ces assourdissements chez les enfants malentendants ou souffrant d’otites à répétition.

trouble phonologique

La dysphasie (TDL) phonologique-syntaxique

Cette dysphasie est la plus courante. Les enfants présentent des difficultés phonologiques ainsi que des difficultés de syntaxe (ordre des mots dans les phrases).

Les enfants qui en souffrent font de nombreuses confusions de sons à l’oral et certains des mots qu’ils prononcent sont inintelligibles.

inversions : “barque” devient “praque”.

Erreurs syntaxiques : “moi roule camion”. “J’ai allé à la piscine”. “J’ai tombé sur vélo”.

Ces difficultés se retrouvent également chez les enfants qui présentent un simple retard de langage, mais pour les enfants dysphasiques, ces difficultés persistent dans le temps.

Les difficultés syntaxiques peuvent altérer l’ordre des mots dans les phrases, entraîner des confusions entre les auxiliaires “être” et “avoir”, des confusions entre le masculin et le féminin...

La dysphasie (TDL) lexicale-syntaxique

Ca devient compliqué !

Ici, il n’y a pas de trouble phonologique, l’enfant prononce bien les mots et ne présente pas de difficulté de discrimination des sons.

Par contre, on retrouve:

Des difficultés de lexique : faible niveau de vocabulaire, un manque du mot (il cherche ses mots).

apili apprendre à lire grâce à l'humour

Des difficultés d’expression ou de syntaxe. Comme expliqué plus haut, l’ordre des mots dans la phrases peut être erroné, ainsi que le choix de l’auxiliaire...

Ce sont des enfants qui parlent peu. Pour le décrire, on utilise encore un terme compliqué: “l’hypospontanéité verbale”. On la retrouve très souvent chez les enfants dysphasiques.

La dysphasie (TDL) sémantique-pragmatique

La dernière de cet article ! Ouf !

apili apprendre à lire grâce à l'humour

J’en ai sûrement perdu quelques-uns en route, mais il est difficile de parler de ce trouble complexe, aux formes diverses, sans entrer dans les détails.

Cette dernière forme est difficile à repérer, car on ne la remarque pas au premier abord. L’enfant semble bien parler. Par contre, son discours est plaqué, il parle un peu comme s’il récitait un texte.

De plus, il comprend difficilement les blagues, les histoires, les phrases abstraites, tout ce qui est implicite.

Ces enfants ont souvent du mal à exprimer leurs émotions.

Les symptômes de la dysphasie?

Les premiers signes devraient être visibles dès l’âge de 2-3 ans.

- votre enfant semble ne pas comprendre ce que vous lui dites.

- vous ne le comprenez pas quand il vous parle.

- ses phrases restent très simples “moi bois”.

- votre enfant parle très peu et préfère utiliser des gestes.

- votre enfant se contente de répéter ce que vous lui dites.

- A l’école, il ne comprend pas les consignes.

- votre enfant connaît peu de mots.

- vous notez un décalage important avec les autres enfants de son âge.

Quel spécialiste consulter?

Au moindre doute, je vous invite à aller voir un/une orthophoniste / logopède: le professionnel le plus à même à poser un diagnostic de dysphasie.

apili orthophonie

Les neuropédiatres peuvent également poser ce diagnostic sur base du bilan orthophonique / logopédique et d’un éventuel examen psychométrique (évaluation des capacités cognitives effectuée par un psychologue ou neuropsychologue).

Apili neuropédiatre

Comme pour tous les retards de langage, je vous encourage également à vérifier l’audition de votre enfant auprès d’un médecin ORL.

bilan ORL Apili

En effet, comme pour tous les retards de langage, l’audition est la première chose à vérifier.

Quelle prise en charge pour la dysphasie ?

La mise en place d’une prise en charge orthophonique / logopédique précoce est primordiale. Cette prise en charge permettra de minimiser les conséquences sur la vie future de l’enfant.

Chaque enfant dysphasique a ses particularités, l’orthophoniste/logopède met donc en place un plan thérapeutique personnalisé et le suivi dure généralement plusieurs années.

En parallèle de la prise en charge de l’enfant dysphasique, l’orthophoniste / logopède donne de nombreux conseils aux parents pour aider au mieux leur enfant. Il/elle préconise également des aménagements scolaires à mettre en place.

La collaboration entre les parents, l’orthophoniste / logopède et l’enseignant est primordiale.

Constituer un dossier MDPH (France)

Pour ces enfants, il est important que ce trouble, réel handicap, soit reconnu par la MDPH (maison départementale des personnes handicapées).

Grâce à cette reconnaissance, l’enfant peut bénéficier de l’aide d’un/une AVS (auxiliaire de vie scolaire), d’aménagements spécifiques, bénéficier d’outils informatiques en classe...

Apili

Quel est l’impact sur les apprentissages ?

Les enfants qui présentent une dysphasie phonologique ou phonologique-syntaxique sont souvent dyslexiques / dysorthographiques.

Apili

Un enfant qui parle difficilement aura forcément du mal à écrire correctement des mots qu’il prononce mal.

On retrouve souvent le fameux trouble phonologique (conscience et analyse des sons de la langue), très courant chez les enfants dyslexiques.

Les troubles associés à la dysphasie (TDL)

- Faible mémoire auditive (en lien avec le trouble phonologique)

- trouble de repérage dans le temps et dans l’espace

- troubles praxiques (mouvements)

- troubles visuo-constructifs (analyse des formes complexes, des objets les uns par rapport aux autres...)

- troubles du comportement (agitation, attention, fatigabilité, repli...)

On peut également retrouver des difficultés en mathématiques, notamment en résolution de problèmes et en logique.

L’apprentissage des langues étrangères sera également plus difficile. En effet, un enfant qui présente un trouble phonologique (difficultés d’analyse des sons) aura d’autant plus de mal à discriminer des sons qu’il n’a pas l’habitude d’entendre.

Apili

L’impact de la dysphasie sur la psychologie

Un enfant dysphasique souffre face à ses difficultés. Il peut se sentir dévalorisé, frustré, rejeté par les autres enfants. Il se peut qu’il ne veuille plus parler.

Il est indispensable de l’entourer, de le rassurer, de l’encourager. Si besoin, un suivi psychologique peut être mis en place.

Que faire pour aider un enfant dysphasique ?

Les moyens d’aide à mettre en place sont très nombreux et diffèrent grandement en fonction des enfants, du type et de l’intensité de leur trouble.

Je pourrais lister des centaines de moyens d’aide à mettre en place, mais ce ne serait pas utile. Je citerai simplement quelques grandes lignes.

- privilégier les supports visuels : en effet afin de contourner les difficultés de langage, il peut être efficace de s’appuyer sur la mémoire visuelle de l’enfant.

- s’appuyer sur la communication non verbale (gestes, dessins, mimes...).

- reformulation ou feed back correctif: redire la phrase correctement à l’enfant.

- Ne donner qu’une consigne à la fois.

- accorder plus de temps à l’enfant, respecter son rythme, être attentif à son niveau de fatigue...

- utiliser tous les sens pour faciliter les apprentissages (toucher, vision, gestes...)

Mon expérience d’orthophoniste avec la dysphasie

J’aimerais commencer par dire que, de manière générale, j’ai toujours trouvé les enfants dysphasiques particulièrement gentils. Je ne sais pas s’il y a une explication scientifique à cela, certainement pas, mais c’est vraiment ce que j’ai toujours remarqué.

La prise en charge globale de l’enfant dysphasique est primordiale. Les parents sont souvent perdus et se sentent démunis face aux difficultés de leur enfant.

Dans ma pratique, la guidance parentale tenait une place prépondérante. Il est important que les parents soient présents en séance (pour ceux qui le souhaitent), qu’il puisse voir les bonnes habitudes à mettre en place...

Il s’agit donc de mettre en place une équipe motivée et bienveillante afin d’aider l’enfant et sa famille.

Il est également important d’entretenir une relation étroite avec l’enseignant afin de travailler main dans la main.

Apprendre à lire

Avec les enfants dysphasiques, il est utile de débuter l’apprentissage de la lecture dès la maternelle. En effet, la lecture est soutien efficace à l’articulation et au langage.

Privilégier une méthode syllabique reprenant des images de références pour s’appuyer sur la mémoire visuelle et des gestes pour passer par la mémoire kinesthésique, la lecture aide les enfants dyslexiques à améliorer leur articulation.

Conclusion

La dysphasie, appelée désormais TDL (trouble développemental du langage) est un trouble complexe, comme vous avez pu vous en rendre compte si vous êtes arrivé jusqu’ici.

D’autres troubles y sont souvent associés, notamment une dyslexie/dysorthographie.

Comme tous les troubles, la dysphasie n’est pas une fatalité. Des moyens de compensation existent et aideront l’enfant à compenser au mieux ses difficultés.

Concernant la lecture, j’ai développé la méthode de lecture Apili spécifiquement pour les enfants présentant des troubles des apprentissages, notamment les enfants dysphasiques.

Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à jeter un oeil à la méthode Apili.

Benjamin Stevens